[FINTECH] – Depuis un peu plus de deux ans, il y a comme une effervescence autour du trading de la cryptomonnaie. Son aspect spéculatif et la brutalité des échecs qui règne dans cet écosystème nous rappelle la bulle internet de 2000 , qui ,dans les mêmes timing, a fini par éclater au bout de 3ans de folie , de mauvaises décisions et évaluations . Néanmoins l’aspect technique et technologique derrière la crypto est plus que passionnante et est la véritable fondation, qui va permettre de pérenniser et stabiliser cette monnaie decentralisée .

« Il faut qu’il y ait des morts, il y a trop de Hashrate et le prix du Bitcoin est trop bas. Les plus fragiles peuvent être des géants dans cet écosystème » – Sébastien Gouspillou

Au cours des deux derniers jours seulement, le marché a perdu près de 200 milliards de capitalisation boursière, mais le coup n’a pas été uniforme. L’effondrement de FTX a porté un coup sévère au marché des crypto-monnaies.

Alors que ce passe t’il dans le monde de la crypto ?

Jusqu’à récemment, FTX était considérée comme un acteur solide du secteur. Son fondateur est une figure dans le monde des cryptomonnaies, et FTX avait été valorisée, lors de sa dernière levée de fonds en janvier 2022, à 32 milliards de dollars pour Ftx.com et 8 milliards pour Ftx us, soit 40 milliards de capitalisation . La célèbre plateforme FTX a été fondée en 2019, 3ans plus tôt, par Sam Bankman-Fried, un ancien trader professionnel passé par Wall Street et diplômé du Massachusetts Institute of Technology (MIT). La plateforme est d’ailleurs connue pour sa fameuse maxime « par des traders, pour des traders ».

FTX est une plateforme de trading de cryptomonnaies, qui partage le podium des plus grands exchanges en termes de volume d’échanges et offre un large panel d’outils et de possibilités comme l’utilisation de leviers, de produits dérivés, de contrats à terme, un spot market et bien d’autres choses. Le cœur de son offre s’inscrit largement dans les crypto-monnaies et elle liste à ce jour près de 300 crypto-devises alors que Binance, son principale concurrent ,  en admet près de 400. En parallèle des crypto-monnaies, cette plateforme offre également la possibilité d’investir dans des actions tokenisées parmi lesquelles Tesla, Apple, Google, PayPal ou encore Netflix. Elle possède également son propre token, le FTT.

Par des traders, Pour des traders … le comble de l’illusion !

FTX a rapidement connu un succès retentissant et croissant : durant l’année 2020, elle a pu observer un volume de trading total de 385 milliards de dollars. L’année suivante, en 2021, 10 milliards de dollars ont été échangés tous les jours sur la plateforme et les statistiques rapportent un million d’utilisateurs actifs mensuels.

Au-delà des statistiques de trading pur, FTX propose un marketing agressif à coup de partenariats dans de nombreux milieux comme le sport, le gaming ou la course automobile. Ainsi, la marque s’offre une position de premier plan au-delà du seul univers des cryptomonnaies. Elle est d’ailleurs aujourd’hui sponsor officielle de bon nombre d’équipes de sport et d’e-sport. Un autre point remarquable, depuis sa création, FTX n’a jamais été victime de hack et n’a jamais eu la moindre faille de sécurité à déplorer.

Néanmoins depuis ce mercredi 9 Novembre , l’on peut lire sur la page d’aide de la plateforme le message suivant: « FTX est actuellement incapable de traiter les retraits. Nous vous déconseillons fortement de faire des dépôts.»

SBF vs CZ , le choc des Titans

C’est la publication d’un rapport de Coindesk concernant le bilan d’Alameda Research, société soeur de FTX, qui fut le premier domino à tomber. Suite à des fuites, le média cryptos établissait qu’une grosse partie des avoirs d’Alameda sont constitués de jetons FTT. C’est la chute de la valeur du jeton FTT qui va effrayer les investisseurs. Frayeur alimentée par son principal concurrent , Changpeng Zhao communément surnommé « CZ » et PDG de Binance, qui avait investi dans FTX et reçu des jetons FTT en échange de la cession de sa participation. À l’époque, le patron de Binance, CZ, devait déjà avoir ses doutes. Suite aux révélations de CoinDesk, il annonce que sa société va vendre tous ses FTT dans les mois à venir, sans fournir de calendrier.

SBF de FTX vs CZ de Binance (credit:Journal du Coin)

En suivant la règle « celui qui panique le premier est celui qui panique le mieux », les utilisateurs se mettent à retirer leurs fonds de FTX. Au début, les retraits sont honorés. Les investisseurs attentistes commencent à leur tour à s’inquiéter. Les demandes de retrait se multiplient, si bien que le support de FTX est débordé. Ces retards ne font qu’exacerber la nervosité des clients, qui multiplient les demandes de retrait. Ils ont fini par atteindre des volumes que FTX ne peuvent honorer. La société est donc incapable de rembourser ses clients, comme cela a lieu dans un bank run classique.

FTX était géré comme une institution traditionnelle, sur base d’un système de réserves fractionnaires. Avec une telle gestion, les dépôts des clients sont utilisés pour des prêts, des opérations de trading… En cas de demande subite des fonds, le broker ne peut faire face à ses obligations. Lorsqu’un bank run a lieu dans une banque classique régulée, les autorités peuvent indemniser les clients. Lorsqu’il touche une plate-forme crypto non régulée, les utilisateurs sont touchés de plein fouet et perdent tout.

La chute du Titanic FTX …

Au cours de cette semaine, et en l’espace de 24 heures, FTX est passé d’un discours optimiste à l’appel à l’aide. Après avoir aggravé la situation sur le marché et précipité la chute de son concurrent, Binance a cependant retiré la main qu’il tendait à son rival.

Le débat n’est cependant pas celui-ci, pour le moment. Il porte une fois encore sur certaines pratiques des acteurs de la CeFi, la finance crypto centralisée, dont les errances sont incarnées en 2022 par Three Arrows CapitalTerraCelsius et désormais FTX.

Au-delà des railleries qu’ils suscitent sur les médias sociaux, les chiffres illustrent l’ampleur du séisme actuel. Sam Bankman-Fried n’est lui depuis 2 jours plus milliardaire. Selon les données mises à jour du Bloomberg billionaires index, le 8 novembre dernier, la valeur nette du fondateur de FTX s’élevait à 991 millions de dollars, contre 16 milliards de dollars la veille. La fortune de Sam Bankman-Fried a fondu au soleil, s’effondrant d’environ 94 % en l’espace de 24 heures, suivant la trajectoire du FTX Token (FTT), qui a perdu un peu plus de 77 % de sa valeur entre son prix d’ouverture du 6 novembre et son prix de clôture du 8 novembre.

L’impact financier du surcoût de l’énergie

Mais remontons à l’une des raisons , qui pourrait avoir eu une impact majeur sur ce décrochage en masse de la valeur du bitcoin , donc par ruissellement , aux cryptomonnaies , l’Énergie … le coût de l’énergie. Depuis le 24 Février 2022 date d’entrée en conflit de la Russie avec l’Ukraine en proxy des États-Unis au travers l’OTAN , le monde occidentalisé et surtout industrialisé a découvert sa très grande dépendance à l’énergie obtenue à prix modique voir même gratuit lui permettant gaspillage , gabegie et surproduction industrielle .

Or depuis que la Chine a fait le choix – pour certains une erreur mais pour d’autre une stratégie avisée – de bannir le minage de bitcoins (BTC) – le minage, c’est le travail qui consiste à faire tourner l’immense système de transaction décentralisé des bitcoins – en mai 2021, les États-Unis sont devenus la nouvelle « superpuissance » du secteur. Et le mouvement ne risque pas de s’inverser, si l’on en croit les projets titanesques de ferme de minage de BTC tel que celui de la société Argo Blockchain. Depuis le mois d’août 2021, les États-Unis sont le pays dont la participation au hashrate (la puissance de calcul) sur le réseau Bitcoin est la plus importante, avec plus de 35 % du total.

Même si la part des USA dans le minage de BTC est loin d’être aussi hégémonique que l’était celle de la Chine – et tant mieux pour la décentralisation -, elle représente tout de même le double du second plus grand pays producteur, à savoir le Kazakhstan. Le Kazakhstan est un pays d’Asie centrale. Coincé entre la Russie, la Chine et l’Ouzbékistan, il est une ancienne république soviétique. Devenu indépendant en 1991, le Kazakhstan est avant tout connu pour ses importantes réserves de pétrole dont l’exploitation constitue la majorité de son PIB, ses mines de fer et de charbon, ainsi que sa réserve d’uranium.  le Kazakhstan est devenu en très peu de temps l’un des principaux hébergeurs de fermes de minage. Pourquoi ? Parce qu’en 2020, deux fermes sur trois dans le monde étaient basées en Chine. Mais, en début d’année, le gouvernement de Beijing a décidé d’interdire sur son sol l’exploitation des cryptomonnaies, mais également les paiements en cryptomonnaies, impactant parfois leur cours (comme avec le Bitcoin en septembre 2021).

Les fermes de minage US , des éléphants aux pieds d’argile

C’est dans ce contexte que l’entreprise Argo Blockchain nous apprend que la construction pharaonique de sa prochaine installation de minage au Texas . L’installation de la production de BTC, appelée Helios, devrait représenter 800 MW (mégawatts) et pourrait avoir un coût de réalisation totale allant de 1,5 à 2 milliards de dollars.

Ces fermes de minage ont très vite pris le pas de se coter en bourse et de s’appuyer sur la finance pour s’équiper et produire . Ils l’ont fait à l’américaine , c’est a dire dans la démesure . Cotée à la Bourse de Londres (LSE) au Royaume-Uni, la société Argo a réussi le tour de force de se faire également coter sur la bourse du NASDAQ aux États-Unis.

Le Texas , l’univers impitoyable de Dallas et de sa production d’hydrocarbure locale , s’est trouvé une nouvelle opportunité économique en y attirant un grand nombre de ferme , dont Whinstone, la plus grande usine de minage de bitcoins des Etats-Unis, à Rockdale, petite cité rurale au cœur du Texas, entre Houston et Austin. Whinstone est basé sur un site de 40,5 hectares qui héberge l’ensemble de ses installations. La ferme de mining se déploie sur trois bâtiments totalisant 17 652 m2 (et sur un nouveau bâtiment de 5 574 m² ).  Le site de Whinstone est passé d’une capacité électrique de 300 mégawatts à 750 mégawatts)- presque autant qu’un demi- réacteur atomique, soit suffisamment pour alimenter plus de 150 000 foyers texans en période de pointe – avec des accords de fourniture d’énergie fixe à faible coût et des accords d’approvisionnements d’énergie flexibles, l’ensemble permettant de créer par ricochets des opportunités pour maximiser les marges de production.

 « Ce n’est pas une centrale nucléaire, mais c’est beaucoup d’énergie », concède Chad Harris , le PDG de Whinstone. En cette période de réchauffement climatique, tout le monde s’en moque au Texas . Le gaz était là, abondant, qui sert à produire l’électricité, et Chad Harris transforme l’énergie en bitcoins. Le jeudi 8 avril 2021, la société Riot Blockchain acquière la société Whinstone US, avec l’ensemble de ses actifs et de ses opérations.« L’acquisition de Whinstone est la réalisation la plus importante de la croissance de Riot à ce jour et positionne Riot comme un leader de l’industrie du Bitcoin mining », a déclaré Jason Les, PDG de Riot. 

En rémunération, les mineurs obtiennent des bitcoins gratuits, ce qui fait leur fortune : 16 bitcoins par jour avec un total de 38 300 ordinateurs. Soit en quelques mois , l’entreprise a accumulé 5 783 jetons .

Un cadeau empoisonné laissé par la Chine

Un conte de fées qui a pris un nouveau tournant lorsque la Chine a banni de son sol le minage de bitcoin l’an dernier. Dans l’empire du Milieu, l’électricité provient essentiellement de centrales à charbon. Trop polluant pour alimenter une industrie virtuelle, au moment où Pékin prend conscience des enjeux climatiques. Chassés de leur pays, les entrepreneurs chinois viennent frapper à la porte du Texas, le principal producteur d’électricité aux États-Unis, où les taxes sont peu élevées, les normes environnementales quasi inexistantes, et le marché de l’énergie, dérégulé et particulièrement attractif. 

« À ce moment-là, nous recevions 3 ou 4 appels par semaine« , se souvient le maire de Rockdale. « Nous avons dû avoir une cinquantaine de demandes d’entreprises chinoises pour installer chacune 20 000 mineurs« . Mais pour pouvoir y répondre, il faut avoir la possibilité de se raccorder facilement au réseau électrique. 

Un simple appareil de minage qui tourne 24h/24 consomme environ 30 000 kWh/an, alors qu’à titre de comparaison, un appareil électroménager comme un congélateur consomme de 200 à 500 kWh/an. Le minage s’est professionnalisé au cours du temps, tant dans la construction des machines permettant de miner (Bitmain étant le leader mondial et chinois), conçu pour les mineurs qui veulent extraire avec une machine très performante, mais fiable . Conçus en partenariat avec la principale fonderie de puces de Chine, les asics de crypto monnaie Bitmain Antminer sont les machines les plus avancées du marché actuel. Chaque serveur de la gamme professionnel environne les 10.000$. Riot Blockchain avec ses fermes de 70.000 serveurs de minage cela aurait été un investissement de prêt de 700 millions d’USD et une consommation de 2,2 TeraWatth/an.

Cout de production du Bitcoin

En laissant le créneau de la ferme de minage , la Chine a semblé laisser partir la poule aux oeufs d’or , alors que cette industrie par son coût excessif de mise en oeuvre et de fonctionnement est plus un gouffre financier, quand l’on ne prend pas certaines mesures de contrôle . Notamment une maitrise totale du coût de l’énergie . Le surcoût de l’énergie a fait dégringoler toutes les actions boursières de ces fermes , comme Marathon Digital Holdings, qui avait pourtant enregistré une explosion de ses résultats pour le premier trimestre, avec un chiffre d’affaire qui s’envola de 465 % en un an . Le coût de la hausse de l’énergie a été directement répercutée aux mineurs ou brokers de cryptomonnaie et depuis c’est la dégringolade .  » Pendant la ruée vers l’or, ce ne sont pas les chercheurs d’or qui se sont le plus enrichis, mais les vendeurs de pelles et de pioches.  » Pour notre cas , les vendeurs de pelles et de pioches restent la Chine , le leader incontesté et incontestable dans les équipements, la technique et la technologie de minage.

Les conséquences de l’effet Boomerang

La plupart de ces fermes gigantesques ont acheté leurs serveurs de minage trop précipitamment à credit pensant les amortir très rapidement avec une valeur de Bitcoin artificiellement haut . Or cela aura été tout le contraire , un amortissement lent à cause d’un bitcoin qui s’effondre depuis le second trimestre 2022. Tout ce qui a maintenant rapport avec l’énergie dans sa production et son accès libre en reste fortement lié et sensible. Et comme le spécifie Sébastien Gouspillou , le cofondateur Bigblock Datacenter, une société française spécialisée dans le minage de crypto-monnaies , il faille qu’elles chutent en emportant avec elles les plus fragiles, souvent, celles qui se sont agrandis trop vite , les plus grosses ! C’est ce qu’il appelle la Règle du dernier Survivant .. suite à cela , la valeur du Bitcoin devrait se stabiliser et reprendre une valeur plus raisonnable et plus juste .

Pour conclure, la mésaventure de Three Arrows CapitalTerraCelsius et désormais FTX ne sont que la partie émergée de cet iceberg du monde de la crypto, et la conséquence directe de leur fabrication , en plus de business models souvent complexes et laborieux. Le Minage n’est donc pas et plus à traiter à la légere et demande à être mieux connus du grand public.


Cet article vous a-t-il été utile ?