[Causerie] – Avoir le Triomphe Modeste et Regarder au-delà des Têtes de Gondôle …

De Mfn Olomaniama – le Samedi 29 Fevrier 2020 – A Bruxelles

Mon propos est sans ambiguïté. Il fallait arrêter ce boycott de la musique congolaise pour des raisons que la raison ignore.
Nous regrettons tous les actes posés à Gare de Lyon et les interpellations.

Le Congo (les deux qui ne font qu’un) a brillé par son talent grâce à Fally Ipupa et par sa frustration à cause des « combattants ».
Oui que les pro Fally aient le triomphe modeste, ces frères sont tout simplement frustrés.
Posons le doigt sur le réel problème.

Longtemps ils ont réclamé l’alternance politique, le départ de Kabila comme la cause qui pourrait nourrir, justifier indéfiniment leur violence. Mais Kabila a quitté le pouvoir. Et les combattants réalisent que leur mal-être perdure. C’est l’histoire du malade qui dit avoir mal partout. Pour preuve dès qu’il pose son doigt sur n’importe quelle partie de son corps, il a mal. Le diagnostic est que c’est le doigt qui est cassé.
C’est à l’intérieur que ça ne va pas. La plupart des combattants sont au moins quadragénaire et se questionnent sur le manque de perspective d’une vie en France peu propice à l’épanouissement.

Je comprends que de manière indirecte, ils estiment que nos pays africains sont coupables de pousser leurs fils à l’exil économique. Voilà la source du mal-être.
Je comprends qu’ils condamnent une classe politique qui peine à trouver des solutions pérennes pour les filles et fils du pays.

Ensuite viennent s’agréger les raccourcis et les amalgames qui souffrent de légère inconséquence.
Fally, Koffi et autres ne sont pas des chanteurs engagés. Ils chanteraient pour un combattant si ce dernier venait à prendre le pouvoir. Ces chanteurs vendent leurs œuvres, qui ne parlent presqu’exclusivement d’Amour, au plus offrant.
Il ne faut pas que les richesses matérielles des artistes créent des frustrations. Les combattants oublient par exemple les hommes d’affaires qui arrivent à avoir des marches étatiques sans appel d’offre et qui usent de rétro-commissions. Pour ne prendre que cet exemple.
À mon avis, il faut prendre la peine de les écouter et de les accompagner. Une démarche presque thérapeutique. Oui!
Pour parler de la classe politique française qui s’offusque comme si la France n’était pas celle des émeutes de banlieues ou encore celle des gilets jaunes, je souris.
Là encore, il faut voir au-delà de l’apparente réalité.
Ces événements questionnent la Françafrique. Je vais faire court, car un post ne suffirait pas. Les pays africains ont longtemps été déstabilisés par l’Occident et particulièrement la France pour parler des pays francophones.

L’exode massif vers le nord n’est qu’une des conséquences directes.
Un exode qui se passe sans préparation, sans plan. Un voyage vers un ailleurs parce qu’on pense, parfois à juste titre, que notre continent nous propose le pire. Ma démarche est de prendre du recul sur tout ceci. Et comprendre que les combattants qui aiment faire montre de leur force sont les plus faibles au final. Donc après cette réussite sans nom d’El Mara, il faudra respectueusement leur tendre la main malgré tout.

Ce soir je vais voir « le dernier des mohicans » Ya Jossart. Souhaitons lui le même succès!

#AfricaReloaded #AfricaBranding